LA CHIRURGIE ESTHETIQUE : EST-CE QUE TOUT EST POSSIBLE ?

1/ Au commencement d’une chirurgie : Un désir de Beauté du patient :

La chirurgie esthétique consiste à modifier les traits du visage et de certaines parties du corps afin de les rendre plus harmonieux ou de ralentir leur vieillissement.

L’objet véritable de la consultation avec un chirurgien esthétique est la distinction qu’il fera entre l’image corporelle du patient, son image ressentie, son image idéalisée et finalement la représentation optimale qu’il aura de lui-même.

LA CHIRURGIE ESTHETIQUE

2/ Les limites de la chirurgie esthétique :

-Les limites techniques : 

On ne peut pas faire maigrir un patient par la chirurgie. Si on réussit à améliorer ses formes, il est impossible d’enlever l’excès pondéral.

D’autre part, on ne pourra pas non plus modifier la texture ou la qualité de peau.

Concernant le visage, on ne peut pas transformer les tissus : Une peau épaisse restera épaisse et une peau fine le restera.

On ne peut, bien entendu, « rajeunir » une personne, en dépit du fantasme de l’éternelle jeunesse : On ne réussit qu’à lui donner qu’une impression d’aspect plus jeune.

Il est impossible de transformer le visage d’un visage en une autre personne : On peut modifier les rapports osseux du crâne et de face, mais il s’agit là de chirurgie réparatrice.

-Les limites « esthétiques » :

Evaluation personnelle et professionnelle du chirurgien esthétique entre le « beau » et le « laid »

Savoir-faire et mesure / « French touch » très appréciée par les patients étrangers

 -Les limites éthiques :

Le chirurgien esthétique doit s’imposer des limites éthiques : Il ne s’agit pas pour lui de réussir une opération sur le plan de la technique chirurgicale, mais de satisfaire la demande d’un patient dont le défaut physique a un retentissement psychique

-Les limites imposées par le diagnostic :

Prudence face aux demandes pathologiques ou irréalistes (souhait d’une patiente de répondre seulement au désir de son conjoint, demande de modification corporelle démesurée…)

Une psychothérapie peut être envisagée lorsque le désir d’intervention est lié à de réels problèmes psychotiques ou névrotiques tels que des dépressions sévères ou des dysmorphophobies.

Le praticien doit toujours différencier une disgrâce réelle d’une disgrâce ressentie. Parfois, la demande d’intervention est confuse et manque de clarté, simplement parce que la personne a une image erronée d’elle-même. C’est au chirurgien de refuser alors une intervention.

-Les limites imposées par la perception du résultat :

Sydney Ohana Avis: L’amélioration de l’aspect physique suite à l’intervention est jugée par l’opéré lui-même, mais aussi par son entourage.

Même s’il existe des critères objectifs définis par la médecine,  la beauté diffère selon la perception subjective que l’individu possède.

La chirurgie plastique et esthétique est donc une discipline très ambitieuse, proposant l’amélioration d’une disgrâce avec un résultat le plus proche possible du projet défini par le patient et le chirurgien lors de la consultation.

Le praticien doit concilier précision et habilité technique, sens artistique et finesse psychologique. Il doit reconstruire la Beauté et le Naturel sans prétendre atteindre les canons impossibles.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s